Image

Bali, suite et fin!

Ulu Watu… Padang Padang… Bingin…

Ces noms ne représentent sûrement rien pour vous, mais aux oreilles d’un surfeur, ils résonnent comme le serpent dans Le Livre de la Jungle… Aie confiancccccce…

Ces noms sont parmi les spots de surf les plus célèbres de Bali. C’était donc presque logique qu’après Lombok, nos tongs nous mènent sur la péninsule de Bukit! Nous y avons passé notre dernière semaine. Surf, bronzette et cie… Après quelques jours alités car malades, nous avons décidé de rester sur la péninsule et de ne pas aller quelques jours à Ubud visiter cette capitale culturelle. Ce sera pour une prochaine fois!!!

Nous avons logé à 5 minutes à pied de la plage de Bingin. La péninsule de Bukit est très différente de ce que nous avions vu à présent. C’est un endroit très aride et assez touristique. Cela nous faisait mal au coeur de voir tous ces camions citernes faisant le trajet depuis le centre de l’île pour approvisionner hôtels et restaurants.

Les restaurants et Homestays bordant la plage de Bingin

Les restaurants et Homestays bordant la plage de Bingin

_MG_6463

Coucher de soleil sur Bingin et deux enfants jouant/pêchant dans l'eau

Coucher de soleil sur Bingin et deux enfants jouant/pêchant dans l’eau

_MG_6481

Guillaume reprend des forces.  Beignets de courgette et oeuf poché, arrosé d'un smoothie

Guillaume reprend des forces. Beignets de courgette et oeuf poché, arrosé d’un smoothie

Smoothie

Smoothie

Au moment où nous y étions se déroulait la Padang Padang, une compétition de surf. Pas de chance, cette année elle a été annulée faute de vagues. La deuxième fois en 12 ans, finalement on porte bien la poisse!

Ce spot est accessible en descendant un escalier creusé dans la roche. L’attraction, c’est surtout les singes, qui piquent les offrandes et les affaires des touristes!

En descendant pour nous rendre à Padang Padang

En descendant pour nous rendre à Padang Padang

_MG_6490 _MG_6495 _MG_6505 _MG_6509

Nous avons ensuite visité le fameux temple d’Ulu Watu. Nous avions été un peu déçu de Pura Tanah Lot, mais le temple de la mer d’Ulu Watu, c’est autre chose! Il surplombe la mer du haut d’une falaise à la hauteur vertigineuse. En pleine journée, il faut se battre contre la chaleur ET les singes. Ulu Watu, ça se mérite!

Le temple d'Ulu Watu

Le temple d’Ulu Watu

_MG_6519 _MG_6520

Durant cette dernière semaine, nous avons pris beaucoup moins de photos, mais nous avons mitraillé lors d’une visite au marché de Denpasar, immense. Ça, plus la chaleur, plus les 3h de route aller-retour en scooter dans la circulation dense, la sieste n’était pas de trop au retour!

Le marché s'étale sur les deux rives

Le marché s’étale sur les deux rives

_MG_6535 _MG_6532 _MG_6536 _MG_6538 _MG_6540 _MG_6544

Offrandes "prêtes à l'emploi"

Offrandes « prêtes à l’emploi »

_MG_6551 _MG_6548 _MG_6553 _MG_6555 _MG_6556

Voilà, notre voyage à Bali s’achève, et notre lonnnnng voyage aussi! Nous sommes rentrés depuis près de deux semaines, et on ne vous cache pas que le retour à la civilisation est un peu dur. On a hâte de pouvoir se mettre au frais dans un endroit rempli de végétation!

_MG_6561

Publicités
Image

Lombok

Après ce premier épisode balinais, je vous emmène sur l’île de Lombok. Notre guide Lonely Planet nous vantait cette île où le tourisme pas encore très développé nous promettait tranquillité et authenticité. Authenticité, sûrement, tranquillité… c’est autre chose!

Tout d’abord, nous nous retrouvons avec Emilie à l’aéroport de Bali après près d’un an sans s’être vus. Guillaume et moi, tous frais de notre année backpacker, avions décidé depuis le début du séjour de prévoir que petit à petit. Après une indécision quant à prendre le ferry ou pas pour nous rendre sur Lombok, le prix du billet d’avion, 35€ aller-retour pour un vol d’une demie-heure, a fait pencher la balance du côté des airs.

Nous avions décidé de porter notre choix de séjour sur Gerupuk, petit village de pêcheurs, avec spots de surf au large. Après un vol sans encombre, nous retrouvons notre chauffeur qui doit nous conduire à Gerupuk.

Premières impressions: les paysages sont très très différents de ce que nous avions vu à Bali. Il a l’air de faire très sec et nous pouvons constater ci et là des rizières abandonnées. Il y a moins de monde sur les routes, et à un moment, notre chauffeur tourne subitement à droite pour emprunter un chemin de terre. Cela est en fait un projet de route abandonné.

Nous arrivons après 3/4 d’heure au fameux village de Gerupuk. Ma première impression: oh mon dieu où on est?

En fait d’un village, c’est effectivement un village, mais comme Lonely Planet y consacrait un article, je pensais que c’était un village un peu développé… La route pour y entrer est défoncée; le manager de notre hôtel nous fait une visite du village pour nous montrer les 2 seuls restaurants. J’ai l’impression d’être dans la Cité de la Joie, mais sans Patrick Swayze ni la joie.

Ceci dit, notre bungalow est immense et a vu sur la plage. Comprenez: le port. Au large, des fermes à langoustes et des bateaux de pêcheurs.

Les bungalows au coucher du soleil

Les bungalows au coucher du soleil

Le petit port en face au petit matin

Le petit port en face au petit matin

_MG_6311

L’hôtel a l’air d’être un peu abandonné. Le service est moyen (l’eau de la douche est froide au lieu d’être chaude, le ménage n’a jamais été fait, il fallait demander à chaque fois qu’on avait besoin de PQ…). Mais bon, futilités tout ça!

Après un repas au restaurant d’à côté, nous nous endormons plein de promesses pour le lendemain… mais, nous sommes réveillés à 4h30 du matin par le muezzin! Lombok est un pays musulman. Bien que très tolérants, cela ne les empêche pas d’être pratiquants. Bref, il a du coffre l’imam à Gerupuk! Ensuite nous sommes réveillés par les chiens errants qui, à Lombok, ne se battent pas mais s’entre-tuent, puis le coq qui chante, puis les travaux sous le bungalow!

Le lendemain, nous décidons de louer des scooters. Il va bien falloir que je m’y mette! Guillaume conduit Emilie et moi je m’exerce toute seule.

A 20 minutes en scooter de Gerupuk, nous découvrons les magnifiques plages de Seger et Mawung. Le parking pour accéder à la plage est 5 fois plus cher qu’à Bali, mais apparemment la sécurité y est plus nécessaire.

Mawun

Mawun

_MG_6303

Nous sommes estomaqués par l’allure paradisiaque de ces plages que cache la pauvreté des habitants.

Nous essayons tant bien que mal de profiter de notre journée en luttant pour repousser les vendeurs de noix de coco-ananas-bracelets-sarongs. Alors qu’à Bali, dès qu’on dit non les vendeurs s’en vont, à Lombok ils te harcèlent.

Le lendemain nous décidons d’explorer un peu plus loin en allant à Mawi. Après 10 minutes à galérer pour accéder à la plage par une très mauvaise route, nous y arrivons enfin.

Mawi

Mawi

_MG_6319

Le vendeur d'épis de maïs

Le vendeur d’épis de maïs

On the cob! (A même l'épi)

On the cob! (A même l’épi)

_MG_6323

La plage est toute petite mais peuplée uniquement de touristes venant surfer. A ce stade, nous essayons de trouver une vague digne de ce nom. En effet, à Gerupuk, la vague n’est accessible que par bateau. Il faut donc demander à un des locaux de vous y amener. Guillaume a partagé un bateau avec notre voisin de bungalow. Ils ont dû y aller à 5h30 du matin, les vagues étaient minuscules et assaillies dès 6h30 par des débutants. Autant vous dire que ça grinçait des dents!

Guillaume aura surfé deux jours de suite la vague de Mawi!

Nous avons passé notre dernière matinée à Gerupuk à paresser au bord de la piscine et à goûter à la gastronomie Sasak (les habitants de Lombok).

Gastronomie Sasak. Au menu: Tempeh, brochettes de foie de poulet, poulet croustillant et légumes

Gastronomie Sasak. Au menu: Tempeh, brochettes de foie de poulet, poulet croustillant et légumes

Bouchées de tofu

Bouchées de tofu aux légumes

_MG_6331

Et la Bintang pour arroser tout ça!

Et la Bintang pour arroser tout ça!

L’après-midi, c’était paresse sur la plage pas loin. Notre voisine de bungalow a fait une razzia de sarongs, et je dois avouer qu’après un an de sérieux, je suis retombée dans les chiffons!

Jus d'ananas frais pour Emilie, et jus de pastèque pour Guillaume

Jus d’ananas frais pour Emilie, et jus de pastèque pour Guillaume

Idée déco

Idée déco

Le petit chien abandonné qu'a nourri notre voisine de bungalow.

Le petit chien abandonné qu’a nourri notre voisine de bungalow.

Achat massif de sarongs

Achat massif de sarongs

Vus leurs sourires, on a bien dû se faire avoir! ;)

Vus leurs sourires, on a bien dû se faire avoir! 😉

_MG_6355

_MG_6357

_MG_6365

Au bout de 5 jours, on avait un peu envie de faire autre chose, donc sur les conseils de deux touristes anglaises que Guillaume et moi avions rencontré à Canggu, nous avons réservé un dortoir dans hôtel sur l’île de Gilli Gede. La maxime de Via Vacare, l’endroit, était « L’art de ne rien faire ». Si effectivement, tout encourage à Via Vacare de ne rien faire, on a été quand même assez occupé!

Nous sommes donc arrivés sur Gilli Gede vers midi. Nous avons passé la journée à nous prélasser dans les transats et hamacs, à explorer la plage et à nous extasier sur la déco.

_MG_6406_MG_6370 _MG_6407 _MG_6417 _MG_6408 _MG_6415 _MG_6413

En se promenant sur l'île...

En se promenant sur l’île…

crabes...

crabes…

oursins...

oursins…

En se promenant autour de l'île: oursins...

En se promenant autour de l’île: oursins…

étoiles de mer...

étoiles de mer…

_MG_6380 _MG_6397 _MG_6398

Nous trouvons notre dortoir (rien que pour nous) trop cool. C’est très rudimentaire comme en témoigne la salle de bain donc la douche consiste en une jarre d’eau douce avec une noix de coco coupée en deux pour se tremper. Dans une île où il faut faire venir l’eau depuis la terre, rien de mieux en terme d’économie mais surtout d’écologie!

Notre dortoir

Notre dortoir

_MG_6422

Petit bungalow à côté de notre homestay

Petit bungalow à côté de notre homestay

_MG_6452

La mosquée du village

La mosquée du village

_MG_6426 _MG_6434

Le lendemain matin, nous nous essayons au cours de yoga. Puis après un bon petit-déj, nous nous embarquons pour un après-midi snorkeling où on a jamais vu autant de poissons de notre vie. Les coraux étaient magnifiques et de toutes les couleurs. Si vous voulez un aperçu, revoyez le monde de Némo, c’était pareil!

_MG_6420

Le cours de yoga

Le cours de yoga

Après le snorkeling, Emilie et moi nous sommes faites masser. Les massages sasaks sont TRÉS énergiques (j’ai encore des courbatures).

_MG_6448

La locale préparant le repas

La locale préparant le repas

_MG_6447

Nous nous sommes endormis comme des bébés pour notre dernière nuit, mais réveillés au moins 4 fois par le coq qui chantait…

La boucle est bouclée!